J’attaque la salle de bain #2 / Shampoing et démêlant

En plus des conditions écologiques et sociales de fabrication des produits, une rapide recherche vous fera réaliser que votre salle de bain est peuplée de minis bombes à retardement : les perturbateurs endoctriciens.

Après avoir réglé la question du dentifrice, j’ai ouvert le dossier capillaire et essayé un tas de shampoings, de masques et d’huiles fantastiques.

J’avais fini par trouver une marque bio mais qui me faisait jeter 2 à 3 flacons plastiques par mois, soit entre 24 et 36 par an…

 

Le futur de la planète ou la brillance de mon chignon ?

J’étais assez septique concernant un équivalent fabriqué à la maison. C’est que j’ai le cheveu rebelle tendance foin… Et j’en ai vraiment beaucoup…

Je suis allé farfouiller dans le joyeux monde du Ninternet, et j’y ai rencontré tout un tas d’appellations et de spécialistes qui se la racontent.

Ne vous laissez pas impressionner, vous trouverez aussi vite, et en nombre, des blogueurs et blogueuses pédagogues et sympathiques.

Conservez votre objectif : simple, bio, équitable, pas trop cher, avec quelques commentaires satisfaits sous la recette.

 

Hé mais ça marche en plus ?

Pour le shampoing, j’ai décidé de suivre les conseils de La Famille (presque) zero déchet et de tester le shampoing solide proposé dans leur livre, ceux produits localement ne me convenant pas.

Pour le démêlant, j’ai passé commande en petites quantités (ben oui, on teste hein déjà), en partant d’une recette proposée sur Aroma-zone.

A réception, j’avoue que j’ai éprouvé un petit doute : « super… 4 contenants plastiques de produits inconnus livrés en camion… »

 

Shampoing solide et masque maison

 

J’ai pris mes casseroles à 2 mains et j’ai été surprise par la quantité produite et par les textures agréables.

Shampoing solide : moussant et efficace.

Masque à l’huile de coco : top ! top ! top !

 

 

 

 

Le calcul est simple :

J’ai 4 ingrédients à commander sur internet et 1 à acheter en épicerie au total. En optant pour des grands formats, je peux tenir environ 8/9 mois.

Au final : le carton d’emballage, 4 sachets plastiques, 2 pots plastiques et 2 contenants en verre, au tri.

Certes, ce n’est pas zéro déchet mais j’améliore considérablement mon score.

J’ai fait tester le démêlant à 2 collègues chevelu-es et nous avons passé une commande groupée en formats XXL -> même nombre d’emballages et pour 3 personnes cette fois-ci !!!

 

 

Prochaine étape : plus de local ?

Du coup je fixe la barre plus haut pour la prochaine étape : ne pas utiliser trop longtemps de beurre de coco livré en avion.

Livre de slow cosmétique, manuel sur les Huiles essentielles, conseils de grand-mères et de jeunes écolos… attention, je sens qu’on va bientôt causer d’huile de ricin et de vinaigre de cidre par ici ^^

 

Et carrément le No Poo ?

Mais c’est quoi le No Poo ? : c’est renoncer au shampoing et autres produits, laisser le temps à ses cheveux de se rééquilibrer tous seuls et intervenir de temps à autres avec des shampoings secs si besoin et un peu d’huile, pour les sportifs/ves par exemple.

Allez donc consulter le blog d’Antigone XXI qui vous expliquera tout cela. Je pense que je finirai pas tenter l’aventure.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *