Ma première rando-ramassage de déchets !

Ce dimanche j’ai embarqué pour ma première rando-ramassage avec un collègue, champion local du genre.

Vu le malheureux succès de l’opération la déprime aurait pu gagner, mais au contraire j’ai ressenti une grande satisfaction, le sentiment d’avoir accompli une petite chose juste.

Faire, agir : ça fait du bien. Et oui on radote, et on radotera autant que nécessaire !

 

 

J’ai choisi au pif un parcours dans le guide Poitiers et ses environs… à pieds et à VTT, retrouvé mes chaussures de rando, mis une polaire. Mon camarade de jeu s’est chargé des sacs de ramassage (simples sacs de courses lavables). On a pris une gourde et des gants de jardinage, et nous voilà partis à Migné-Auxances à la recherche du parcours 11b. Enfin plus exactement d’un bout du parcours 11b, parce que ramasser des déchets implique d’avancer tranquillement, et de s’arrêter régulièrement.

 

 

Quelle récolte… !

Lorsque l’on regarde au sol et que l’on ramasse on prend conscience de l’ampleur du problème… le grand n’importe quoi.

Après 1h15 de marche, 5 sacs remplis :

SAMSUNG

  • des habits (inutilisables)
  • 1 annuaire encore sous blister
  • des bouteilles en verre et en plastique
  • des canettes
  • des emballages alimentaires
  • 1 bout d’auto-radio…
  • des sandalettes de randonnées (inutilisables)
  • 1 Playmobil (récupéré pour mon fiston)
  • 1 balle de golf (récupérée)
  • 17 bouchons plastiques (pour le tri spécifique)
  • 1 carte Pokémon (récupérée)

 

En route nous avons croisé des personnes intriguées et amusées. Un groupe s’est arrêté pour nous féliciter : « Ben ça alors, voir des gens s’arrêter pour ramasser la merde des autres c’est pas banal. Ça c’est pas rien. Bravo ! » a lancé un des marcheurs avant d’entamer une discussion.

Nous avons fait demi-tour pour regagner Migné-Auxances et y vider nos sacs trop lourds dans des poubelles de tri, puis avons marché encore un peu et re-rempli un demi sac.

 

 

Bref, j’ai fait ma part 🙂

Bref : 9 kms de marche pour 5 sacs et demi de déchets qui ne pourriront pas en pleine nature, avec toutes les conséquences que l’on connaît concernant le plastique, entre autres. #çac’estfait!

J’étais bien contente de moi en rentrant, et j’espère bien, du coup, motiver d’autres personnes pour la prochaine sortie « rando 0 déchet » !

 

http://www.openrunner.com/
http://www.openrunner.com/

 

 

 

 

Share

7 commentaires sur “Ma première rando-ramassage de déchets !

  1. Héhé ! Félicitations jeune Padawan !! Beaux gestes et belle action 🙂
    La prochaine fois, on apprendra le maniement des pinces à déchets 🙂
    Biz

  2. Bonjour Marine, je veux bien avoir l’information pour la prochaine fois, afin de participer ! (via un petit mot sur Facebook, par exemple). Je suis bien tentée aussi de lancer une sortie à mon tour, pourquoi pas 🙂 à suivre ! à bientôt !

    1. Super ! Avec plaisir !
      Plusieurs personnes m’ont demandé la même chose. Je préviendrai sur face-de-bouc pour la prochaine session. A bientôt !

    1. Bravo à vous Wilena ! On pense en organiser une en groupe, on mettra l’info sur la page facebook de Je me mets au vert. Si vous êtes sur Poitiers, peut-être vous joindrez-vous à nous !

  3. Je le fais régulièrement dans ma rue qui est assez passante et justement ce sont les « passants » plus que les « habitants » qui laissent quelque chose derrière eux. Comme si dès qu’on sortait de sa zone habituelle, on laissait aussi sa responsabilité personnelle à la maison. Typique, le paquet de cigarette jeté par la fenêtre de la camionnette des ouvriers.

    Pour ceux qui hésitent encore, l’action est un remède souverain contre les idées noires.

    1. Bravo pour votre démarche ! Vraiment bravo !
      Le collègue avec qui j’ai randonné, fait comme vous, quotidiennement sur le chemin du travail.
      Je pense qu’il y a de cela effectivement : comme une déconnexion des neurones quand on sort de « sa zone ».
      Exemple : ma rue est censée est limitée à 20 kms et être semi piétonne (pas de trottoir) revêtement blanc partout… mais c’est aussi un axe pour rejoindre le centre-ville, résultat c’est une autoroute « à crétins » qui sont surpris en plus quand on leur fait une remarque. Bien sûr s’ils habitaient là ce serait certainement les premiers à râler, mais là… ils sont juste pressés et ne regardent pas les panneaux. Pour les déchets c’est un peu le même effet je pense, d’où l’importance de communiquer, de « réveiller », ce que devrait faire les pouvoirs publics notamment…
      Bon après il y a aussi les gros c******* qui s’en fichent « chez eux » ou ailleurs 🙂
      MAIS il y a surtout les belles personnes comme vous et mon ami qui rééquilibrent la balance de l’intelligence et de la générosité 🙂 Encore Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *