Zéro déchet : j’attaque la salle de bain (avec les dents) !

Gros progrès dans la cuisine, même si c’est loin d’être parfait : restent quelques vieux réflexes agaçants et 2 ou 3 produits fétiches (en parler à un psy ?)

Je passe donc à la salle de bain et ses tiroirs de tubes, sprays et autres joyeusetés, pas du tout, du tout réutilisables.

Aaaaaaah cette mode du contenant cosmétique avec bouchon ou pulvérisateur vicieux qui casse lorsque vous tentez l’ouverture du bouzin (pour ne pas jeter la fin du produit) ? Comme de toutes façons ils ne sont pas rechargeables…

 

 

Savons, shampoings et crémasses en tous genres

 

Côté salle de bain, on était pas si nuls.

Cela a débuté il y 2 ou 3 ans avec un documentaire télé sur les gels douche -dont j’ai oublié le nom-, suffisamment angoissant pour que l’on change d’habitude dans la foulée.

Pour se laver on a retrouvé le vrai savon qui dure longtemps. Soit d’Alep, soit de Marseille (attention aux arnaques !), vendu sans emballage bien souvent. Et surtout à Poitiers, en local, on a l’Asinerie de Persac et ses supers produits au lait d’ânesse (vente directe et marchés).

Pour les shampoings : le choix portait sur les gros contenants. Mais madame ayant le cheveu tendance foin après canicule, les 2 bouteilles d’après-shampoing mensuelles ont tenu bon (faut de la quantité en plus car elle en a beaucoup…)

Toute la famille est au lingettes en tissu depuis 3 ans, puis il y a eu le cure-oreille en bambou par-ci, les brosses à dents en bois par-là (compostables), et bien entendu les protections hygiéniques réutilisables (ces dernières feront l’objet d’un billet dédié, on ne va pas rater l’occasion de parler de notre intimité en public).

 

 

 

Une poubelle rassasiée

 

Donc vraiment pas si nuls, et pourtant, la poubelle de la salle de bain a pas l’air déprimé…

Le principal apport reste encore les couches, même s’il n’y en plus qu’une la nuit.

L’enfant concerné a 2 ans et demi et un avis sur tout, et sa réponse aux couches lavables auxquelles il n’a pas été habitué est : non ! Si vous avez un truc pour parler écologie avec un petit vous me dîtes, parce que, pour le moment mes arguments l’impressionnent pas des masses.

 

 

 

Les progrès

 

Il y a dorénavant un réceptacle pour les mouchoirs en papier (rhumes à répétition des uns et allergies des autres), cheveux et ongles destinés au compost. Une grosse flemme généralisée empêchait qu’ils atterrissent au bon endroit : fallait aller jusqu’à la cuisine quand même…

 

Et j’ai décidé de m’attaquer aux produits en eux-mêmes. J’ai commencé par celui en bout de course et, coup de bol, certainement le plus simple à faire : le dentifrice.

Je n’ai pas expérimenté la potion magique dans mon labo secret caché sous la maison : je suis allée prendre la recette dans le livre Famille (presque) zéro déchet The Guide. Une autre recette est accessible aussi sur leur site ici.

 

Évidemment la première fois il faut acheter les ingrédients. Donc je suis revenue avec 3 produits au lieu d’un tube de dentifrice : mais ces produits sont utilisables dans de multiples autres cas, et c’est bien tout leur intérêt (+ bios et avec un emballage triable ou compostable, hein !)

La fabrication du dentifrice en elle-même prend sans exagérer, au moins 1 minute (ça laisse le temps de relire 5 fois le mode d’emploi).

Voilà, j’ai fait mon dentifrice toute seule comme une grande.

Je me suis lavée les dents avec et vous savez quoi ? : ça a bon goût, c’est agréable et ça assainit la bouche et l’haleine.

Bref c’est du dentifrice !!!

 

1 cuillère à soupe de Bicarbonate de soude

3 cuillères à soupe d’Argile blanche

5 gouttes d’huile essentielle de citron ou de menthe.

Mélangez bien, bien le tout. Trempez votre brosse à dent mouillée dans le mélange pour vous laver les dents.

 

 

Work in progress

C’est décidé : je viens à bout de mes crèmes, shampoings et autres masques capillaires et ensuite, ben paf ! pareil ! je les fabrique, je les teste et je vous raconte le tout !

************************************

 

 

 

 

Pour un cadeau je conseille le bouquin facile et drôle Famille (presque) zéro déchet The Guide. capture-decran-2016-10-07-a-21-58-01

Les poitevins, peuvent le commander à la Bruyère vagabonde, la librairie de Poitiers spécialisée nature et environnement, et en profiter pour boire un verre dans sa jolie cour fleurie 🙂

Share

7 commentaires sur “Zéro déchet : j’attaque la salle de bain (avec les dents) !

  1. Félicitations Marine pour l’étape de l’attaque de la salle de bain !!

    Et pour essayer de parler écologie avec un petit, j’attends la sortie (désormais dans moins d’un mois : parution le 10 novembre) de Ze guide « Les Zenfants (presque) zéro déchet ».
    Je le ramènerai, pour que tu testes ce nouveau guide illustré (toujours par la « Famille (presque) zéro déchet ») sur l’charmant bambin de 2 ans et demi☺ !!

    http://www.thierrysouccar.com/sites/thierrysouccar.com/files/2016/09/cp_zenfantszerodechet.pdf

  2. Hé coucou Marine, ce n’est pas tout à fait la même recette sur le site, il y a du sel de table en plus. Je l’essaie (je l’ai lu avant de lire la tienne). Bisous

  3. Hello girls,
    bon je file acheter de l’argile et c’est décidé je fais mon dentifrice. Je me demande pourquoi c’est pas encore fait … ah si ! j’aime pas le bicarbonate. Mais je finirai par m’habituer!
    Sinon, depuis 1 an j’ai viré gel douche, produit toilette intime et shampooing complétement. Je me lave uniquement à l’eau. Exception: un coup de savon sur les cheveux 2 fois par mois.
    Avantage quand on a les cheveux courts : ils tiennent tous seuls, plus besoin de gel 🙂 Grand bonheur!
    Par contre, pas moyen de me passer de mettre de l’huile sèche sur mon visage après la douche, sinon j’ai la peau qui tire et c’est désagréable…Si vous avez une solution, je prends!
    Et sinon de mon côté 0 épilaton donc 0 déchet aussi.
    A bientôt 🙂

    1. Loin d’être aussi efficace que toi 😀
      Je me lave au savon de marseille ou acheté en local à l’asinerie de Persac (https://asineriedepersac.jimdo.com/), idem pour les cheveux avec leur savon solide.
      J’ai les cheveux longs et bien épais et bien secs donc pas démélables sans aide.
      J’ai fabriqué il y a 2 jours mon premier shampoing solide maison et je vais me lancer dans la fabrication d’un masque capillaire, j’en causerai bientôt sur le blog.
      Pour les crèmes, démaquillant, etc. j’attends d’avoir fini les pots que j’ai pour décider d’une solution 0 déchet ou less less less déchet… j’ai la peau hyper sèche donc je ferai un bon cobaye 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *